Actualités

29/12/2016

Mot du nouveau Président

« L’architecture est un sport de combat » est un entretien-manifeste de Rudi Ricciotti avec…
En savoir plus

01/12/2016

Olivier Bastin : Président de la FAB

Olivier Bastin, anciennement premier bMa (Bouwmeester Maître Architecte de la Région de…
En savoir plus

26/11/2016

UIA News

UIA 2017 SEOUL CONGRESS ▼ CALL FOR IDEAS POST-HUMAN…
En savoir plus

Membres

Actualités

Olivier Bastin, anciennement premier bMa (Bouwmeester Maître Architecte de la Région de Bruxelles Capitale) a été nommé président de la FAB.

29/12/2016

Mot du nouveau Président

« L’architecture est un sport de combat » est un entretien-manifeste de Rudi Ricciotti avec David d’Equainville, dans lequel cette « grande gueule » de l’architecture livre sa vision du métier d’architecte pour lequel il défend les savoir-faire et techniques de tous les acteurs qui nourrissent le métier, face aux tendances destructrices étrangères au métier.

Dans cette connotation quelque peu belliqueuse, un autre texte écrit par Claude Parent suite à une conférence de Jean Nouvel dans les années 80, relayait la fascination qu’avait provoquée ce dernier en ne présentant pas sa déjà riche production de projets, mais bien une attitude sincère en regard des aléas du métier, face auxquels l’architecte avait choisi l’art du judo plutôt que l’attitude du boxeur, afin d’entraîner l’ennemi dans sa propre chute.

Aujourd’hui la multiplication des médias traitant de l’architecture, ne fait qu’accentuer la distance entre les «success-stories» se clôturant par de belles images lisses de projets d’apparence évidente, simples, aboutis, finis, et une pratique au quotidien plutôt laborieuse, quand elle ne devient pas carrément pénible ou même déprimante. La place n’est pas faite dans les publications pour la litanie de contraintes, difficultés, accidents et erreurs, qui font que certains projets capotent ou, lorsqu’ils survivent, produisent des êtres ambigus, étranges, parfois sublimes dans leurs difformités.

Notre métier n’est pas celui d’un missionnaire. Il n’est pas chargé de sauver le monde, et par là, justifier toutes les violences auxquelles nous sommes confrontés, quand ce n’est pas le mépris avec lequel certains partenaires à la construction considèrent notre rôle.

Abolition des barèmes, mise en concurrence des honoraires, imposition de programmes de dessin de plus en plus sophistiqués (BIM et autres), accumulation de normes et de règlements auxquels plus personne ne comprend quelque chose, pas même leurs rédacteurs, augmentation des prestations sans contrepartie, dérive du métier vers des techniciens et technocrates, ...

Où et quand s’expriment encore l’art de la synthèse, l’identification des enjeux du projet, le plaisir de façonner les matériaux, le regard apaisé sur le « jeu savant, correct et magnifique des volumes (et des espaces) sous la lumière... »?

Seuls nous ne pouvons résister aux lobbyings puissants des compagnies d’assurances, des éditeurs de programmes informatiques, des producteurs de matériaux, qui poussent les législateurs à traduire en règlements ce qu’ils n’ont eux-mêmes pas eu et pas pris le temps de vérifier sur le terrain. Que seront devenus dans 15 ou 20 ans tous ces autocollants, groupes de ventilation double flux, et tant d’autres artifices que des tableurs Excel nous imposent pour répondre aux fameuses performances énergétiques des bâtiments ? Quand recevrons-nous un véritable bilan honnête et transparent de toutes ces mises en œuvres, tenant compte des mètres carrés perdus et de l’énergie grise dépensée pour cela ?

L’heure est donc toujours bien au combat, non pas dans une attitude conservatrice, réactionnaire, protectrice, mais bien dans une dynamique prospective, collaboratrice, s’appuyant sur les réseaux, se glissant dans les interstices des logiques productives et gouvernementales. L’heure est à inventer des maçonneries isolantes réduisant les façades de 10 à 2 ou 3 couches maximum, des vitrages intelligents réagissant à la luminosité, des étanchéités véritablement performantes et écologiques, ... L’heure est à unir nos forces par l’échanges d’idées inventives, stimulantes, créatrices.

C’est dans cette perspective que la FAB souhaite à vous inviter tant et plus à nourrir et dynamiser les réseaux de professionnels, enseignants, étudiants, et tant d’autres acteurs encore et toujours convaincus que nous faisons le plus beau métier du monde, même si ce n’est pas évident de nos jours.

Rue Ernest Allard 21, boite 3 - 1000 Bruxelles – Tel.: +32 2 512 34 52 – Fax: +32 (0)10 22 43 53 – info@fab-arch.be